Trouble dys… La dysorthographie…

 

La dysorthographie… Késako?

 

La dysorthographie est un trouble persistant de l’acquisition et de maîtrise de l’orthographe. Il affecte principalement l’apprentissage et l’automatisation de la correspondance phonème‑graphème (correspondance de l’unité sonore à son unité écrite) ainsi que la capacité à se représenter visuellement l’orthographe des mots. Ce trouble d’apprentissage engendre fréquemment des omissions (fagile pour fragile), des inversions (fargile pour fragile) et des substitutions de lettres et/ou de syllabes (vragile pour fragile) dans les mots écrits.

Les manifestations de la dysorthographie:

  1. Ajout de lettres ou de syllabes à l’intérieur des mots;
  2. Inversion de lettres ou de syllabes à l’intérieur des mots;
  3. Difficulté à respecter l’entité des mots (ex.: lavion pour l’avion, unami pour un ami);
  4. Orthographe grammaticale souvent très faible (accord dans le groupe du nom, respect de la conjugaison des verbes, etc.);
  5. Orthographe d’un même mot qui varie d’un endroit à un autre (enfan, anfan, anfent);
  6. Calligraphie irrégulière et malhabile.

La dysorthographie est un trouble d’apprentissage persistant de l’acquisition et de la maîtrise de l’orthographe, également appelé trouble de l’acquisition de l’expression écrite touchant principalement l’apprentissage de l’écriture (altération de l’écriture spontanée ou de l’écriture sous dictée), à distinguer de la dyslexie qui touche elle, principalement l’apprentissage de la lecture1. Le trouble dysorthographique fait souvent suite à une dyslexie mais l’association n’est pas systématique.

Problèmes découlant de la dysorthographie :

  1.  lenteur , hésitations et  pauvreté de production ;
  2. fautes d’orthographe, de conjugaison, de grammaire et d’analyse ;
  3. difficultés à l’écrit semblables à celles du dysgraphique ;
  4.  erreurs de copies ;
  5.  omissions de syllabes…

Difficultés :

  1. à respecter l’orthographe des mots :
    • nombreuses fautes d’orthographe ;
    • découpages anarchiques des mots avec des mots collés (« unami » pour « un ami») ;
    • disparition ou transformation de certains sons (« fagile » pour « fragile ») ou syllabes (« vragile ») ;
    • ajout de lettres ou de syllabes ;
    • inversion (« fargile »).
  2. à recopier un texte.
  3. à conjuguer et à faire l’accord correctement dans le groupe nominal et le groupe verbal.
  4. à organiser des phrases syntaxiquement correctes.

Ces difficultés entraînent notamment une écriture lente, irrégulière et maladroite. Les rédactions sont anormalement pauvres, les dictées ne sont pas terminées à temps…

La dysorthographie est un trouble persistant qui peut s’accompagner ou non de troubles de la lecture..

Vers qui se tourner?

En premier lieu l’interlocuteur principal sera l’orthophoniste.

La dysorthographie est un trouble de l’apprentissage qui ne peut être diagnostiqué qu’à la suite d’un bilan orthophonique complet. Il faut que l’orthophoniste procède à l’évaluation approfondie de l’enfant afin de s’assurer qu’il n’y ai pas :

  1. de trouble attentionnel,
  2. de déficience intellectuelle,
  3. de difficultés de compréhension,
  4. de problèmes moteurs/ praxique tels qu’ont peut les observer en cas de dysgraphie ou dyspraxie par exemple.

Au cours du bilan, l’orthophoniste peut déceler divers troubles susceptibles d’être associés à une dysorthographie, une dyslexie par exemple…

Le bilan peut être complété par un bilan neuropsychologique qui permettra de « bilanter » l’ensemble des compétences et difficultés de l’enfant afin de l’aider au mieux.

Aménagements scolaires en cas de dysorthographie

Les enfants présentant une dysorthographie ont très souvent de très grandes difficultés scolaires.

Il est primordial de  ne pas les pénaliser et éviter qu’ils se dévalorisent face à l’échec et aux difficultés. On peut alors mettre en place certaines aides:

  1. davantage de temps pour les productions écrites (tiers temps supplémentaire, par exemple),
  2. réduction des exercices ( demander à en faire que la moitié),
  3. autorisation d’avoir sous les yeux les règles d’orthographe écrites ,
  4. correction assouplie qui tient compte du handicap,
  5. ne pas pénaliser la qualité d’écriture,
  6. féliciter l’enfant pour ses progrès,
  7. limiter la quantité de devoirs écrits,
  8. exercices à l’oral plutôt qu’à l’écrit…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s